Enseignements optionnels en Terminale

Mathématiques complémentaires :

  • Destiné aux élèves qui abandonnent l’enseignement de spécialité de mathématiques en classe de première.

  • Un enseignement qui vise la consolidation de leurs connaissances et les prépare aux études supérieures en particulier en médecine, économie ou sciences sociales.

  • Une approche nouvelle par thème d’étude, avec des problèmes issus des autres disciplines ou internes aux mathématiques.

Au programme :

  • Etude de fonction (dérivées, calculs intégrales, fonction logarithme)

  • Statistique

  • Probabilité

  • Algorithme et programmation

  • Destiné aux élèves qui ont un goût affirmé pour les mathématiques et qui envisagent des classes préparatoires ou des études de mathématiques à l’Université.

  • Permet d’aborder de façon approfondie d’autres champs d’étude que ceux proposés par l’enseignement de spécialité.

Au programme :

  • Nombres complexes

  • Equations polynomiales

  • Arithmétique, graphes et matrices.

AUCUNE SPÉCIALITÉ SPÉCIFIQUE N’EST REQUISE

Durée : 3 heures par semaine.

Baccalauréat : inclus dans la moyenne générale des bulletins.

Cet enseignement vise à élargir les perspectives des élèves de terminale tant au niveau de la culture générale que de la formation du citoyen.

L’objectif de cet enseignement n’est pas d’offrir une anticipation d’une première année de droit à l’université – quoiqu’il puisse susciter chez certains élèves le goût d’une telle orientation à l’avenir – mais de donner aux élèves l’occasion de réfléchir à l’existence et à l’utilité du droit.

Les contenus portent sur de questions concrètes qui mettent en scène des situations réelles afin d’identifier comment le droit y est présent et avec quels instruments, quels résultats et quelles limites il y répond.

Cet enseignement est propice au travail de groupe et au développement de ses capacités orales. Il s’agit des compétences transversales visées par cet enseignement.

Les 33 questions possibles du programme sont très diverses. Ci-dessous quelques questionnements du programme :

  • Quelles limites à l’assistance médicale à la procréation ?
  • L’État a-t-il vocation à limiter certaines pratiques sexuelles ?
  • Quels sont les principaux droits de l’enfant ?
  • Comment le droit peut-il appréhender la cybercriminalité ?
  • À quelles conditions juridiques une entreprise peut-elle être responsable d’un préjudice écologique ?
  • Peut-on choisir les conditions de sa mort ?
  • Qu’est-ce que la diffamation ?
  • Quels défis l’intelligence artificielle pose-t-elle pour les juristes ?
Fermer le menu